Pernaut le dangereux manipulateur

C’est confirmé, Jean-Pierre Pernaut est bien la honte du journalisme français. Mais ça on le savait déjà. Enfin, tout de même regardez cette vidéo :

Je rappelle les faits, nous sommes sur la première chaîne française, et accessoirement, européenne. Il est 13 heures, ce créneau est considéré comme une heure de grande écoute, puisqu’il s’agit du journal de la mi-journée. Selon Médiamétrie, 7 à 8 millions de personnes sont devant TF1 à ce moment de la journée, ce qui équivaut à une part d’audience supérieure à 50 %. C’est du très très sérieux. On se dit que l’on a droit à de vrais professionnels, des gens compétents dans leur domaine.

Et bien non !!! Un espèce de beauf, bien franchouillard sévit là depuis près d’une vingtaine d’années. Alors que son taf doit se limiter à lancer les sujets, et surtout à rester NEUTRE, puisque le but du journal est d’informer avec des données brutes et objectives. Jean-Pierre y va de son petit commentaire, tel un pilier de bar PMU, sur des thèmes hautement sérieux, puisqu’ils divisent la population, les pours et les contres. Lui, donne son avis et forcement influence le téléspectateur de base.

Ce parti-pris est dangereux dans une démocratie, nous sommes très proche de la limite de la manipulation, elle est peut-être même atteinte. N’oublions pas que nous sommes sur TF1 le média de Mr Bouygues himself, un proche du président Sarkozy. Pernault ne fait que jouer le rôle de fidèle toutou, d’un des dirigeants qui a fortement intérêt à ce que l’image de Mr Sarkozy ne soit pas trop écornée. Et bien, on peut être sur qu’il aura bien droit à son susucre.

On aurait préféré que Jean-Pierre en reste à ses commentaires sur les collectionneurs de nains de jardin du limousin, cela restait encore dans son domaine de compétence.

Source : http://actulive.unblog.fr/

Emeutes urbaines, l’échec politique

Deux ans après, deuxième volet des émeutes dans les banlieues, jusqu’ici plus localisées, autour de Villiers-le-Bel, mais aussi beaucoup plus violentes, avec l’appariation d’armes à feu.

Comme il y’a deux ans, mêmes éléments déclencheurs : la mort d’adolescents, mêmes images prisées par les mêmes journalistes et mêmes débats en marge sur les mêmes thèmes : intégration, situation dans les banlieues, chacun donnant son opinion personnelle et parfois sa solution au problème. Bref, rien n’a changé et surtout pas au niveau politique.

A l’époque, les seules solutions apportées avait été de gentilles et ridicules promesses, de l’ordre du bon père de famille à ses enfants « bon, c’est vrai, on comprend que vous soyez un peu en colère, on va vous aider. Voici un nouveau ballon de foot tout neuf, amusez-vous bien…. Et à la prochaine… ».

Ce type de propositions de l’époque, sous-entend que le gouvernement prenait les événements de 2005 pour de « simples » émeutes urbaines. Il n’en est rien, ces violences sont l’expression d’un malaise bien enraciné, d’une haine accumulée sur plusieurs générations. Répondre à ses émeutes par des promesses superflues, voir, encore plus grave, par de la répression, est une erreur qui ne fait qu’attiser les haines. Si rien de concret n’est entrepris sur le long terme, je suis assez pessimiste. Nous assisterons à un surenchérissement de la violence, l’apparition d’armes était une étape. Quel sera la prochaine, l’assassinat de flics ?

Le problème est profond et bien ancré, il se situe avant tout à un niveau économique, mais aussi dans les mœurs des gens, les uns entretenant une haine profonde et un rejet de tout ce qui s’apparente aux institutions et à la nation française, les autres ne comprenant pas cet usage de la violence.

Le phénomène des bandes et de la guérilla urbaine, n’est pas un phénomène nouveau au sein des pays économiquement puissants. Des solutions ont été apportées face à ce problème, comme aux Etats-Unis, mais faut-il réellement s’en inspirer, sachant que les données ne sont pas les mêmes ?

Je n’ai pas la clef du problème, mais à mon avis il y’a quand même quelques solutions pleines de bon sens qui s’imposent. Le problème n’est pas unilatéral, c’est-à-dire que pour solutionner le problème des banlieues, des améliorations doivent être apportées dans différents domaines :

Economique bien sur, la base étant de permettre l’accès à un emploi, autre que précaire. Dans le but de permettre d’offrir un pouvoir d’achat, qui est à l’heure actuelle, pour une partie de la population, nul.

– Droit d’accès à des logements décents, autres que des cages à lapin.

Fin de la ghettoïsation, comment peut-il y avoir intégration lorsque l’on laisse pourrir une partie de la population en périphérie des grandes villes. C’est cette politique d’urbanisation qui a créé le communautarisme et non autre chose.

– Intégrer au programme scolaire l’histoire des français issus de l’immigration. L’histoire africaine, antillaise, ou autre, la colonisation ou même l’esclavage, tout ces sujets sont aussi ce qui composent l’Histoire de la France, lui tourner le dos, c’est renier le parcours des ancêtres et donc l’identité propre d’une partie des français.

Fin du tout répressif, qui ne fait que jeter de l’huile sur un feu déjà bien ardent. On le voit les bavures policières, les provocations sont à chaque fois les éléments déclencheurs des violences. Les bavures, doivent être jugées avec les mêmes sévérités que tous autres actes criminels. Actuellement ce n’est pas le cas, la clémence dans les peines démontre qu’il y’a bien une justice spécifique aux fonctionnaires de police, ce qui est une honte dans une démocratie égalitaire.

Fin de la marginalisation des français issus de l’immigration, cela passe par une couverture médiatique différente. Autres que les reportages racoleurs sur TF1 le samedi, après le journal de 13h, alimentant la haine du bon français qui digère sont rôti de porc.

A la suite des émeutes de 2005, un débat entre Joey Starr, Ekoué de La Rumeur, Disiz la Peste (qui se fait allumer pour l’occasion), m’avait particulièrement intéressé, les protagonistes connaissant bien leur sujet. Il est malheureusement toujours d’actualité, le voici en 3 parties :

Débat émeutes 2005 – Part 1

Débat émeutes 2005 – Part 2

Débat émeutes 2005 – Part 3

 

Edit le 29/11/07 à 14h11 :  » Le président Nicolas Sarkozy a affirmé jeudi 29 novembre que les violences urbaines récentes à Villiers-le-Bel (Val d’Oise) n’avaient « rien à voir avec une crise sociale » mais « tout à voir avec la voyoucratie ».
« Nous avons engagé en 2002 (à l’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur, ndlr) une politique déterminée qui a porté ses fruits mais que nous allons amplifier », a-t-il assuré dans un discours à La Défense, devant près de 2.000 policiers et gendarmes sur les questions de sécurité.
« Je réfute toute forme d’angélisme qui vise à trouver en chaque délinquant une victime de la société, en chaque émeute un problème social », a-t-il martelé.
Selon le chef de l’Etat, « ce qui s’est passé à Villiers-le-Bel n’a rien à voir avec une crise sociale, ça a tout à voir avec la voyoucratie ». » (Source : Nouvel Obs.com).

Loic Le Meur se met à la musculation

Loic Le Meur est parti faire carrière à San Francisco et il s’est mis à la musculation, voici le résultat en exclu :

C’est quoi ce pays de merde!

« C’est quoi ce pays de merde!», cette phrase légendaire avait été lâché par un séropositif qui s’adressait alors au ministre Doust Blazy, c’était lors du Sidaction 96. Cette formule j’ai envie de la reprendre aujourd’hui, lorsque je vois ces images.

Evidement, il y’a à débattre sur le blocage des universités, mais voir des étudiants qui applaudissent des CRS qui matraquent leurs camarades, moi personnellement, ça me fout la gerbe.

Il parait que la France devient réac’, ça se confirme, et moi ça ne m’enchante pas.

Source : rue89.com

Duo d’anthologie : James Brown et Pavarotti

Deux monstres sacrés partageant la même scène, cela produit des situations durant lesquelles le temps semble s’arrêter. Seuls quelques êtres dotés d’un talent exceptionnel peuvent donner naissance à ces moments rarissimes. James Brown et Pavarotti étaient de ceux-là.

Source : haha.nu

Foutage de gueule?

Pub ironique ou agence de publicité étrangère mal renseignée sur les mœurs françaises en matière d’intégration ? En tout cas, le visionnage de ce spot, pour la Fiat Grande Punto, m’a laissé comme un arrière goût de chiotte dans la bouche.

Edit au 27/11/07 : Apparemment, Fiat fait la chasse à cette vidéo sur Dailymotion, ce qui reste assez rare pour une pub. Auraient-ils du mal à assumer ?

Robert De Niro et Al Pacino à nouveau face à face dans Righteous Kill

Jeu : Quel est la différence entre ces deux images ?

 

Réponse : 11 ans.

Il y’a en effet 11 ans que l’on n’avait pas revu les deux monstres sacrés du cinéma américains, Robert De Niro et Al Pacino, partageant la même affiche, et encore moins la même scène. Ce sera chose faite dans « Righteous Kill », le prochain film de Jon Avnet.

On se souvient de cette scène d’anthologie dans laquelle les deux acteurs s’étaient donnés la réplique dans le très bon « Heat« , c’était il y’a maintenant plus d’une décennie.

Je pèse mes mots quand je dis « scène d’anthologie », je m’explique : tout d’abord le film « Heat » est un chef-d’œuvre (meilleur scène de fusillade de l’histoire à mon sens). Ensuite, seul « Le parrain 2 » avait réuni les deux acteurs sur une même affiche, cependant ils n’avaient partagé aucune scène commune. Pour finir la fameuse scène de « Heat » est magique tant au niveau des répliques, qu’au niveau des plans sur les visages des acteurs (ils ne sont d’ailleurs jamais réunis dans le même plan, si c’est le cas dans « Righteous Kill », ce serait la première fois).

A noté la présence de 50 Cents. En attendant la sortie du film, voici le teaser :

« Hexagone » de Renaud pour la première fois à la télé française

Moment quasi historique hier sur le plateau du « Grand journal » de Canal+. Renaud interprétait pour la première fois à la télé son fameux titre « Hexagone » (enregistré en 1975 quand même).

Il en aura donc fallu du temps pour que le morceau le plus rebelle (aujourd’hui on dirait Hardcore) de la chanson française passe à la télé. Cette chanson n’a pas pris une ride, elle est au contraire en plein dans la tendance, dénonçant l’état social et politique actuel de notre pays. Une question s’impose : Renaud est-il visionnaire ou la France reste-t-elle enlisée dans ses travers ?

Grand moment, proposé par un grand homme. Et même si il paraît un peu fatigué, il reste le militant que l’on connaît, annonçant un morceau sur les tests ADN.

La fresque des Hommes qui ont marqué l’histoire

Génial! Y’a pas beaucoup de femmes quand même…

Cliquer pour agrandir.

Le fils de Jordan a joué en NCAA

On imagine que Jeffrey Jordan, le fils de Michael va avoir du mal à se faire un prénom. Ce jeune basketteur de 19 ans qui joue au même poste que son père a en tout cas débuté sa carrière dans la ligue universitaire de basket, la célèbre NCAA.

Pour ses débuts, l’arrière de Illinois, sorti du banc, n’a joué que trois minutes, manqué un tir et perdu un ballon. L’université d’Illinois s’est imposée 63-55 face à Northeastern.

On lui souhaite en tout cas beaucoup de courage pour la suite…

%d blogueurs aiment cette page :