Conférence Buzz The Brand

Depuis mon passage chez une célèbre agence spécialisée dans le buzz sur Internet. Je m’intéresse de très près à tout ce qui est en relation avec le marketing viral sur la toile.

C’est pour cette raison que je me rendrai à la conférence Buzz The Brand, le 17 octobre prochain.

Y seront présentes, entre autre, trois personnes qui m’intéressent particulièrement pour leur activité dans le domaine de la blogosphère : Thomas Clément et Christophe Ginisty, deux acteurs influents, que je suis depuis pas mal de temps et que j’affectionne particulièrement. J’y retrouverai également mon ancien boss chez Heaven, Arthur Kannas, un avant-gardiste dans le domaine du buzz sur Internet.

Pour plus d’info sur cet événement, je vous invite à vous rendre sur le blog Buzz The Brand.

Pour les novices, voici une bonne introduction au concept du Buzz, par Grégory Pouy, CEO de BuzzParadise :

Joyeux anniversaire!

Bag Mac

Je viens de l’apprendre, le Big Mac a ce mois-ci 40 ans. Cela peut paraître anodin, ce n’est finalement qu’un sandwich.

Détrompez-vous, le Big Mac est bien plus qu’un simple hamburger, c’est avant tout le symbole de McDonald’s et de l’impérialisme américain à travers le monde. Pour preuve, la fameuse revue The Economist a utilisé le nom « Big Mac » comme référence pour déterminer le coût de la vie (Indice Big Mac) dans différents pays.

Les chiffres sont astronomiques, ce sont neuf cents millions d’unités du hamburger vendus à travers le monde chaque année. Neuf cents millions de Big Mac, c’est deux fois moins que le Cheese. Mais en terme de chiffre d’affaires, c’est le Big Mac qui pèse le plus lourd: 2,7 milliards de dollars, soit plus de 12% des ventes.

Nike Air CB34

CB34

Nike réédite une des paires qui m’a fait rêver étant ado, la CB34. La pompe qui chaussait Sir Charles Barkley, la plus grande gueule de la NBA au milieu des années 90.

Barkley

J’adorais ce joueur sur et en dehors du terrain. Sur le terrain, parce que c’était un maître du rebond, alors qu’il ne mesurait pas 2 mètres et qu’il allait se frotter à des monstres de 10-15 cm de plus que lui. Son légendaire gros cul et sa détente phénoménale, malgré son poids (125kg pour 1,98 m !), faisaient le travail sous les panneaux.

En dehors, parce que c’était une grande gueule charismatique, peu adepte du politiquement correct.

Si la NBA passionne moins qu’avant, c’est parce qu’il manque aujourd’hui ce type de personnage hors norme.

Ces baskets, robustes, à l’image du personnage qui les a inspiré, sont entrées dans la légende pour plusieurs raisons : leur look, elles étaient portées par Sir Charles mais également par le biais d’une pub qui a fait date et qui a marqué les esprits.

L’occasion également de se remémorer ce que Barkley savait faire.

Devinez où je suis mercredi

Tomatina

Photo : 20minutos.es

Air Jordan Spiz’ike King County

Hier, samedi, petite balade dans le Barrio Gotico barcelonais, petit détour par le Foot Locker du coin. Je me dirige directement au fond, je sais que c’est là qu’ils y exposent les paires de Jordan. Bim !!! Enorme choc. Je me trouve nez à nez avec ce bijou :

Spiz'ike 1

Spiz'ike 2

La dernière née des Jordans, sortie sous le nom de « Air Jordan Spizike King County », hommage à Spike Lee qui était à l’époque chargé de toute une campagne publicitaire pour « His Airness ».

J’ai tout de suite tilté sur la combinaison des Jordan III, IV, V, et VI réunis en un seul et même modèle. Les couleurs sont folles et le petit logo à l’arrière de la chaussure représentant le visage Spike Lee est LE détail qui tue.

Bref, j’adore. Ma petite Pamina partie à Chicago, dans la ville du Maître, doit me les ramener… j’en salive d’avance.

Photos : nicekicks.com

Dernier Rockin Squat – France à Fric

Vidéo du titre « France à fric », extraite du prochain album de Rockin Squat du groupe Assassin. Sortie prévue pour octobre 2007.

DAVE CHAPPELLE’S BLOCK PARTY

Je vais vous demander une faveur, mettez-vous à l’aise. Installez-vous bien sur votre siège et tombez la veste. Maintenant fermez les yeux, et laissez-vous aller.

Vous êtes à New York, au beau milieu du mythique Brooklyn pour être précis. Vous vous laissez guider par vos pas et flânez à travers les larges rues de ce quartier « bobo » qui regorge d’artistes. On est loin du dangereux ghetto qu’il était il y’a seulement une dizaine d’années. Vous êtes séduit par l’avant-gardisme des tenues vestimentaires des gens que vous croisez et par le cosmopolitisme des lieux.

Vous êtes tout simplement bien, l’air de ce mois de septembre est encore chaud et vous caresse le visage. Cerise sur le gâteau, les accords d’une musique accompagnée d’une voix de velours rythme vos pas. Plus vous vous rapprochez, plus l’air vous semble familier. Vous ne savez pas encore d’où cela provient, mais vous vous laissez guider par le son. Vous êtes maintenant tout proche, vous arrivez maintenant à remettre un nom sur cette voix. Erykah Badu, vous en êtes désormais convaincu, il s’agit bien de la princesse de la Nu Soul.

D’où cela peut-il bien provenir ? Vous entendez maintenant les cris de joie, les chants, les acclamations, qui accompagne la diva. Vous commencez à accélérer la cadence de vos pas, pour avoir le plus rapidement une réponse à vos interrogations. C’est quoi ce truc dingue ? D’où ça vient ?

C’est sûr vous êtes maintenant tout proche, des centaines de personnes sont là, ils dansent, dans un délire et une euphorie rare. Vous continuez encore en fendant la foule qui se fait de plus en plus compacte et bouillante. La musique s’est arrêtée. Merde ! Trop tard. Juste au moment où vous aperceviez au loin une scène avec des musiciens. Vous comprenez dès lors que vous vous trouvez un milieu d’une énorme Block Party. C’est alors qu’un type s’empare du micro :

Et oui, vous ne rêvez pas, ce sont bien les Fugees, au complet, dans un délire et une ambiance électrique des grands jours.

Cet événement de « ouf » a bien eu lieu, c’était en 2004. Organisé par l’humoriste Dave Chapelle, il réunissait le gratin de la musique afro-américaine contemporaine : Kanye West, Mos Def, Talib Kweli, Common, Dead Prez, Erykah Badu, Jill Scott, The Roots, Cody Chesnutt, Big Daddy Kane, et donc, les Fugees, réunis pour la première fois depuis 10 ans.

BlockParty

Pour la postérité, Michel Gondry a mit ce concert « sauvage » en image, sorti au cinéma et en DVD sous le nom de DAVE CHAPPELLE’S BLOCK PARTY.

La Rumeur court toujours

La RumeurSi il y’a bien un groupe qui représente l’esprit du Hip Hop, tel que je le conçois, c’est bien « La Rumeur ». Ce groupe militant et underground, n’a jamais dévié de ses convictions depuis ses débuts au milieu des années 90. La force de « La Rumeur » c’est d’avoir réussi à se faire connaître hors du circuit des majors et des radios qu’ils dénoncent et rejettent.

Si j’affectionne particulièrement ce groupe c’est donc pour cet esprit Hip Hop qu’ils défendent et imposent, contre vents et marrées, aussi bien sur disque que sur le terrain. Les thèmes développés par le groupe sont toujours faits finement, de manière intelligente et consciente.

Le groupe possède une véritable ligne directrice, visionnaire, avec une stratégie d’action, qui a pour but d’étendre la rumeur.

10 ans après, 3 maxis, 3 albums, 1 procès qui l’opposait au ministère de l’intérieur, « La Rumeur » enfle toujours autant et on ne va pas s’en plaindre.

Lors de la sortie de leur dernier album, j’ai eu l’occasion de participer à un Chat via le quotidien en ligne 20 Minutes. Hamé répondait à diverses questions posées par des internautes, voici quelle était la mienne :

Clément : Je suis de la génération qui a connu l’age d’or du Hip-Hop, c’était à la fin des années 90. Je suis profondément attristé de la qualité et du niveau du rap français actuel, qui est à mon goût peu novateur et parfois caricatural. De plus, on a vu dernièrement certaines grosses têtes de l’époque bénie se « prostituer » (Booba et Joey Starr à la Star’ac. Gyneco avec Sarko…). De mon point de vu, il n’y a plus que vous et Assassin qui représentez encore les bases du Hip Hop, faites de dénonciation et de militantisme. Quel est votre avis sur l’état actuel du Hip Hop en France et êtes-vous optimiste quant à son futur?

Hamé : Je partage ton constat. Absolument d’accord. Oui, je suis optimiste parce qu’on a atteint un degré de saturation dans la connerie et que je crois beaucoup aux cycles qui en chassent d’autres.

Pour mieux connaître ce groupe, je vous propose le visionnage d’une très bonne interview réaliser par UndergroudConnexion :

Partie 1

Partie 2

 

Raekwon et le Wu Tang back dans les bacs

Wu Tang ClanC’est le hasard de l’actualité qui fait bien les choses… ma première note « musique » sera consacrée au Wu Tang, groupe que j’encense depuis tant d’années. Pour moi le plus grand groupe Hip Hop de l’histoire et je pense que les connaisseurs et même les novices ne me contrediront pas.

Même si les dernières productions de ce groupe mythique se sont révélées décevantes, le « Wu » reste le groupe qui m’a plongé dans le Hip Hop US au milieu des années 90, moi qui restais accroché à mon rap français. Pour moi le rap n’avait véritablement de sens que si l’on comprenait les paroles… A l’écoute du « Wu Tang For Ever », j’ai pris une grosse, grosse claque. Je me suis retrouvé ensorcelé par des flows et des instrus venus d’ailleurs. Pas besoin de comprendre le message, l’ambiance créé par ce groupe de 9 Mc’s et surtout par maître RZA m’a suffit. J’ai par la suite consommé à outrance tout ce qui sortait et qui portait le label « Wu ».

L’histoire continue plus de 10 ans après, deux sorties estampillées « Wu » vont créer l’évènement pour la fin de cette année. Tout d’abord, la très attendue suite de « Only Built 4 Cuban Linx », qui est annoncée « être achevée à 90% ». Quand on connaît le bijou qu’est le premier volet, sûrement le meilleur album d’un membre du groupe en solo, et qu’on sait qui produit l’album (Dr Dre, RZA et J Dilla), on salive déjà, ou on espère ne pas se manger la plus grosse déception de sa vie.

L’autre grande nouvelle, c’est tout simplement la sortie du prochain album du groupe, pas moins de six ans après le dernier et très décevant « Iron Flag ». Ce cinquième opus du Wu-Tang Clan, qui s’intitulera « 8 Diagrams », sortira le 13 Novembre, date symbolique puisqu’il s’agit du jour du troisième anniversaire du décès d’Ol Dirty Bastard (oui, déjà !). Ce nouvel album réunira tous les membres du clan, y compris ODB. « 8 Diagrams » comportera quelques sessions studio inédites, datant de l’époque de « Enter To The Wu-Tang: 36 Chambers ».

Voici un début de tracklist pas encore officialisée :

1. The Legacy Heroes (prod. by RZA)
2. Ropes & Knives (prod. by RZA)
3. Shaolin Trip (prod. by Mathematics)
4. Kids With Words feat Q-Tip (prod. by RZA)
5. Definition Of Pain Background vocals by Marley Marl (prod. by Loose Change)
6. Steel Vision feat Killah Priest (prod. by Mathematics)
7. Life Changes (ODB tribute) (prod. by RZA)
8. Ancient Crunch (prod. by Aqua Kid)
9. Tenz (prod. by Choco)
10. Watch Your Mouth (prod. by DJ Scratch)
11. Campfire (prod. by ???)
12. Thug World feat. Shavo Odajian (le bassiste de System Of Down) (prod. by RZA) Titre prévue à l’origine pour le prochain album de Raekwon Only Build 4 Cuban Linx 2
13. You Can’t Stop Me Now (prod. by ???)
14. We Got This (prod. by ???)
15. Gently Weeps (prod. by ???)

Pour patienter, voici en vidéo le premier extrait de cet album « Watch Your Mouth », c’est une exclue dévoilée lors d’un récent concert, la qualité n’est donc pas au rendez-vous.

La deuxième vidéo, c’est pour les nostalgiques, le clip du mythique « Ice Cream » extrait du premier volet de « Only Built 4 Cuban Linx ».

Introduction

Tommie Smith et John CarlosL’idée me trottait dans la tête depuis un bon moment déjà, mais j’avais du mal à passer à l’action. J’ai donc profité d’un vendredi plutôt calme dans l’entreprise dans laquelle je fais mon stage pour créer mon deuxième blog. Le premier étant plus une trace d’un séjour au Brésil.

FistUp, c’est donc le nom que j’ai choisi. Pourquoi ? Difficile à expliquer comme ça. Mais j’adore ce geste, ce symbole de résistance et de contre-pouvoir, si simple et si fort à la fois. J’ai en tête cette photo des deux athlètes américains, Tommie Smith et John Carlos arrivés premier et troisième au 200 mètres des J.O. de Mexico en 1968, protestants contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis en levant leur poing ganté de noir lors de la remise des médailles. Quelle image !!! Peut-être l’une des plus forte du siècle passé.

J’ai baigné dans la culture hip hop depuis très jeune, je suis imprégné de ce mouvement, il m’a fait vibré, m’a en quelque sorte éduqué et m’a donné une certaine conscience critique. Je parle bien sûr de l’essence première du hip hop, et non pas de cette caricature de gangstérisme qui nous est servie aujourd’hui. J’aimerais donc aborder ce mouvement au sens très large du thème, parler de ses figures, de ses racines, de son univers, de ses revendications. Ce mouvement c’est aussi la manière dont je le perçois, c’est moi finalement, moi et mes convictions.

Je ne me fixe donc pas de thèmes dominants pour le moment et surtout pas de limite non plus. Je pense que la trame viendra d’elle-même, naturellement. Celle-ci sera orientée par mon quotidien, par l’actualité, mes humeurs et mes découvertes.

%d blogueurs aiment cette page :